+34 637 386 563
ES / EN / FR

Les scientifiques et les philosophes les plus illustres de la Cordoue d'al-Andalus

Certains des scientifiques et des penseurs les plus importants et les plus influents de leur époque sont nés ou se sont installés dans la ville de Cordoue pendant la période al-Andalus. Grâce à la popularité et à la splendeur qu'elle a atteintes sous la dynastie des Omeyyades, Cordoue est devenue l'une des villes les plus importantes d'Europe, un point de référence pour les savants les plus avancés de l'époque.

Voici quatre des penseurs les plus influents de la Cordoue d'al-Andalus, dont les doctrines ont traversé le temps et les frontières. Ce voyage dans la connaissance d'al-Andalus vous aidera à comprendre l'histoire et le développement de Cordoue mauresque.

1FTC-Mezquita
2FTC-Mezquita
3FTC-Mezquita
4FTC-Mezquita
1FTC-Mezquita

Ibn Massarra

Muhammad ibn Masarra, également connu sous le nom de Masara, a été l'un des premiers penseurs et philosophes du monde islamique en al-Andalus. Masara est né à Cordoue en l'an 883, alors qu'il était encore un émirat dépendant, et a vécu jusqu'à l'avènement du califat de Cordoue.

En tant que jeune homme, Ibn Massarra a commencé ses études de théologie islamique et de philosophie grecque. Sa philosophie reposait sur les thèses de philosophes tels que Plotin, Empédocle et Aristote, qu'il étudia en profondeur.

Le travail d'ibn Massarra deviendrait très controversé en al-Andalus et se répandrait dans toutes les régions du monde arabe. On dit que Masara a défendu la liberté humaine et la causalité des actes et qu'il est même allé jusqu'à nier l'existence de l'Enfer. À cause de tout cela, il fut accusé d'hérésie par les alfaquíes (érudits islamiques) les plus orthodoxes et condamné à mort par l'émir de Cordoue lui-même.

Cette situation a conduit ibn Massarra à fuir et il est resté éloigné de Cordoue pendant un certain temps. Lors des précédentes révoltes contre l'établissement du califat, Masara a émigré à La Mecque aux côtés de ses plus fidèles disciples. À son retour à Cordoue, il vécut le reste de sa vie isolé dans les montagnes de Cordoue, en partie pour échapper à toutes ces accusations.

2FTC-Mezquita

Maimonides

Maïmonide, également connu sous le nom de Rambam, était l'une des figures les plus illustres nées à Cordoue d'al-Andalus. Né à Cordoue en 1135 dans une famille de juges juifs et de chefs religieux, il a fait ses études bibliques et talmudiques. Cependant, il a passé la majeure partie de sa vie en Égypte, où il a gagné sa vie en tant que médecin de la cour du sultan Saladin.

Il était très connu à son époque pour être un médecin renommé, à qui on attribuait même des guérisons miraculeuses. Il a écrit d'importants traités médicaux, tels que le Traité sur les poisons et leurs antidotes et le Guide de la bonne santé.

Néanmoins, sa renommée dans la culture d'Europe occidentale est principalement due à son travail philosophique. La base de son travail est esquissée dans son Guide des perplexes, dans lequel il établit un équilibre entre la foi et la raison et tente de démontrer qu'il n'y avait pas de contradictions entre les enseignements juifs et la doctrine philosophique aristotélicienne.

L'influence de sa philosophie est vaste et étendue. De son œuvre découle le mouvement intellectuel juif qui s'étend à toute l'Espagne et la France aux XIIIe et XIVe siècles. Il est également considéré comme un précurseur des idées de Spinoza, philosophe hollandais d'origine séfarade et considéré comme l'un des grands rationalistes de la philosophie du XVIIe siècle.

3FTC-Mezquita

Averroes

Ibn Rushd, mieux connu sous le nom d'Averroès, est l'une des figures les plus renommées et les plus transcendantes d'al-Andalus. Il est né en l'an 1126 à Cordoue dans une famille de juristes. Son grand-père et son père ont exercé le poste de cadi principal de Cordoue (une sorte de gouverneur et de juge), et il a également finalement accédé à ce poste à Séville. A ce titre, il a été formé à la jurisprudence, à la médecine et à la théologie.

Sa grande contribution philosophique fut la noétique, formulée dans son ouvrage Le Grand Commentaire, dans lequel Averroès s'écarte de la distinction aristotélicienne entre deux intellects pour séparer la réflexion philosophique des spéculations mystiques et politiques. De cette façon, Averroès s'attache à expliquer comment l'être humain pense et comment il est possible de formuler des vérités universelles et éternelles en tant qu'être mortel.

A la fin du XIIe siècle, avec la conquête almohade, Averroès est exilé et isolé, ses œuvres censurées. Néanmoins, des mois avant sa mort, il fut racheté et appelé au service de la Cour du Maroc.

Ses écrits ont également eu plus d'influence en dehors du monde islamique, surtout dans la philosophie chrétienne médiévale et de la Renaissance, malgré la condamnation formulée par l'évêque de Paris Étienne Tempier contre 219 de ses thèses, dont beaucoup ont perduré grâce à des auteurs comme Giordano Bruno et Giovanni Picco della Mirandola. L'un des cratères de la lune est nommé ibn Rushd en son honneur.

4FTC-Mezquita

Ibn Tufail

Ibn Tufail est né entre les provinces de Grenade et d'Almeria vers l'an 1105. Il était l'un des penseurs les plus influents d'al-Andalus, travaillant finalement pour le sultan almohade Abu Yaqub Yusuf. Il a été formé à la loi et à la médecine islamiques et, au cours de sa vie, il a travaillé dans la médecine, la philosophie, les mathématiques et la poésie.

Bien qu'ibn Tufail ait passé une grande partie de sa vie à résider dans les villes de Grenade et de Séville, il était également lié à la ville de Cordoue, appartenant à l'empire almohade. Selon un historien de l'époque, il fut le mentor du grand maître cordouan Averroès.

La philosophie d'ibn Tufail s'écarte du platonisme, auquel elle adapte les postulats islamiques. Son œuvre la plus influente est le roman philosophique Le philosophe autodidacte, dans lequel il raconte les aventures de Hayy ibn Yaqzan, un jeune homme qui naît et grandit complètement seul sur une île déserte. A travers le roman, le personnage évolue du savoir empirique au scientifique puis au mystique, soulignant l'importance de la vie intellectuelle et philosophique.

Le philosophe autodidacte est la deuxième œuvre la plus traduite de la littérature arabe classique, dépassée seulement par Mille et une nuits. Et on dit que, parallèlement à sa philosophie empiriste, son influence se manifeste dans des œuvres telles que El Criticón de Baltasar Gracián, Robinson Crusoe de Daniel Defoe et Zadig de Voltaire.